Remplaçante directe du Z3, la présentation de la BMW Z4 a beaucoup fait parler.

La voiture

Lancée en 2003, la première génération de Z4 (nom de code E85) fait table rase du passé. Plus longue, plus large que son aîné le Z3, elle délaisse l’aspect « petit roadster sympathique » pour quelque chose de plus musclé.

Mais ce qui marque les esprits, c’est cette ligne complètement atypique signée Chris Bangle, ce génie fou autant adulé que détesté. Le capot interminable et minimaliste rappelle une raie manta, le profil est très torturé avec ses courbes concaves et convexes, et l’arrière est directement inspiré de la mythique Ferrari 550 Maranello. Le CX (coefficient aérodynamique) passe de 0,42 pour le Z3 à 0,35 pour le Z4). Un excellent score, idéal pour la stabilité, la vitesse de pointe et pour diminuer la consommation.

Assemblée aux États-Unis, la finition intérieure manque toutefois de finesse. Mais ses qualités sont ailleurs : look, comportement, plaisir de conduite et surtout… un moteur génial !

Je parlerai ici du 6 cylindres 3.0L, le plus recherché (hors gamme « M », bien plus rare et cher), qui offre la plus grande polyvalence. Doux et souple à bas régime, il ronronne comme un V8 américain. Mais passé les 4000 tours/min, il devient rageur et métallique, avant de s’envoler vers une symphonie fantastique jusqu’à 6700 tours/min.
Encore aujourd’hui, ce 6 cylindres en ligne atmosphérique reste une référence. Il procure un plaisir intense malgré « seulement » 231 chevaux.

Strict 2 places, cabriolet, ligne atypique, 6 cylindres atmosphérique, plaisir de conduite remarquable… Un profil quasi introuvable à prix raisonnable dans l’automobile moderne.

Futur collector, le Z4 voit déjà sa cote remonter. Heureusement, elle reste encore très accessible, avec des tarifs aux alentours de 15000€ pour un modèle 3.0L en excellent état.

Bonus : une petite captation maison du chant du moteur :

Le cocktail

Musclé mais raffiné, c’est l’idée que je me fais du Z4, et c’est ce que j’ai voulu retranscrire dans le cocktail.

La rondeur du Whisky Jameson Caskmates Stout Edition (aux notes de cacao, café, caramel, chocolat au lait) est réveillée par la fraicheur du Gin, et complétée par la géniale et complexe liqueur H.Theoria Perfidie (tomate, cannelle, poivre, gingembre, myrtille, sauge, orange sanguine, prunelle…).

Le résultat est envoûtant, soufré, et délicieusement complexe : à la fois sec, gourmand, volcanique et sulfureux.

Un short drink véritablement pensé pour la dégustation. Prenez votre temps pour en découvrir toutes les facettes.

Ingrédients

4 cl Whisky Jameson Caskmates Stout Edition
1 cl Gin
1 cl Liqueur H. Theoria Perfidie
1 cuillère de bar de Sirop cassonade riche*
2 traits d’Angostura bitters


*Sirop de cassonade riche
4 cl d’eau, 80g de cassonade. Faites chauffer à feu doux en remuant jusqu’à dissolution du sucre. Retirez du feu et stockez dans une bouteille en verre. Consommez rapidement.

Où trouver les bouteilles ?

Chez votre caviste préféré ou via ces liens :
Whisky Jameson Caskmates – Stout Edition
Gin Tanqueray
Liqueur H.Theoria – Perfidie
Angostura Bitters

Préparation

Versez les ingrédients dans un verre à mélange rempli de glaçons. Remuez pendant 10-20 secondes à l’aide d’une cuillère à mélange, puis versez dans le verre de service préalablement rafraichi (passé minimum 10 min au congélateur).

Garniture

Pas de garniture.

Accord mets/cocktail

Viande rouge, plats épicés, fromages expressifs (bleu, munster), dessert au chocolat ou fruits rouges.

Douceur et expressivité. Un cocktail aux multiples facettes.

Pour ne rien rater des dernières actualités cocktails et bières, suivez-nous sur Facebook et Instagram !

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Note de la rédaction
4.8Note finale
Puissance
Fruité
Acidité
Sucré
Fraicheur
Amertume
Épicé
Originalité
Équilibre
Avis des lecteurs 11 Avis