Photos: Quaff Studio / Nicolas Specht

Facile en apparence, le Martini est pourtant l’un des cocktails les plus difficiles à maitriser.

Composé de Gin et de Vermouth sec, la simplicité apparente du Martini cache en réalité un véritable exercice d’équilibriste pour trouver le parfait accord entre saveurs, puissance, température et dilution.

Longtemps apparenté à un univers mondain et réservé à l’élite, nous verrons qu’un Martini bien préparé se révèle facile à apprécier, même pour les amateurs de cocktails plus légers.

Un point très intéressant qui a contribué au succès du Martini : il n’existe aucune recette taillée dans le marbre. Si vous commandez un Martini dans un bar, le bartender vous demandera certainement vos préférences : dry, wet, garniture… Ce dernier vous laissera peut-être également le choix du Gin et du Vermouth, pour une expérience entièrement personnalisée.

Il existe au final un nombre immense de combinaisons. Et je vais vous aidez à trouver votre Martini idéal.

Merci au génial livre Cocktail Codex du Bar New-Yorkais Death&Co qui m’aura beaucoup aidé à écrire cet article.

Quelles bouteilles ?

Contrairement aux idées reçues, il est possible de réaliser un excellent Martini avec des bouteilles peu onéreuses. Simple au premier abord, il s’agit pourtant d’un cocktail très cérébral, où la technique et le choix de l’association Gin / Vermouth est primordial. Le Vermouth est le seul élément qui viendra équilibrer l’intensité du Gin. Nous chercherons ainsi à trouver le dosage idéal pour que ces deux alcools se complètent parfaitement, sans que l’un ne prenne le dessus sur l’autre.
Si vous avez chez vous plusieurs bouteilles de Gin et plusieurs Vermouths secs, je vous conseille vivement de faire différents essais pour sentir la différence. Il est également envisageable d’utiliser des bitters aromatiques (orange, cardamome, céleri par exemple).

Quelques exemples de bouteilles de Gin idéales pour un Martini : Plymouth (agrumes), Tanqueray (genièvre), Beefeater (agrumes, genièvre, pin), Sipsmith (agrumes, fleurs), Nikka (agrumes, épices, herbes), Isle of Harris (minéral, iodé), Bobby’s (saveurs indonésiennes),…

Quelques exemples de Vermouths secs : Dolin (herbes alpines), Noilly Prat (coriandre, fleurs), Martini (fruité, framboise),…

À vous maintenant de trouver la bonne combinaison entre Gin et Vermouth. J’ai moi-même réalisé « mon » Martini idéal. Pour cela, j’ai utilisé le Gin Bobby’s en accord avec le Vermouth Noilly Prat Dry. Les notes asiatiques du Gin (citronnelle, girofle, coriandre, cubèbe…) fonctionnent à merveille avec la coriandre présente dans le Vermouth.

La garniture

Traditionnellement, un Martini est garni avec un zeste de citron, qui est exprimé au dessus du verre pour en extraire les huiles présentes dans la peau. On retrouve aussi souvent la fameuse olive, qui viendra apporter une fine touche salée très agréable.
Là encore, tout est question de personnalité et d’équilibre avec le Gin et le Vermouth. Évitez de rajouter une olive si vous avez utilisé un Vermouth fruité par exemple. Au contraire, une olive sera la garniture idéale avec certains Gins iodés : les notes marines s’accorderont parfaitement avec le sel de l’olive.
Pour sortir des sentiers battus, vous pouvez également utiliser un zeste d’orange, de citron vert, un capron ou un oignon grelot.

Verrerie

Je vais vous surprendre, mais pour un bon Martini… Oubliez tout de suite le verre à Martini !
Déjà, c’est un verre qui est subjectivement très laid. Mais son inconvénient principal vient de ses parois droites : la stabilité n’est pas idéale et le liquide bouge très (trop) facilement. Cela manque d’ergonomie pour le tenir par le pied. Et si vous n’avez pas une bouche extra-large, il faudra faire très doucement pour ne pas vous en mettre partout.

Préférez une coupe à bords arrondis de petite capacité (entre 12 et 18 cl est idéal), ou si vous en trouvez : des verres Nick & Nora de 16 cl. On retrouve beaucoup ce type de verre dans les bars (notamment aux USA) pour les cocktails puissants servis sans glace.
Autre alternative : Nude propose de petites coupettes (13,5 cl) très fines et élégantes, dessinées avec Rémy Savage, l’un des meilleurs barmen français.

De gauche à droite : coupe arrondie, Nick & Nora, Nude glass « Savage Pony »

Le froid

Extrêmement important dans la réalisation d’un cocktail, la gestion de la température et de la dilution l’est encore plus pour un cocktail comme le Martini, qui nécessite un équilibre impeccable entre les éléments.
Nous chercherons ainsi à baisser au maximum la température sans pour autant sur-diluer le cocktail.
Avant de vous lancer dans la préparation d’un Martini, pensez à mettre votre verre de service au congélateur (minimum 10 minutes). Les parois seront ainsi congelées et le cocktail restera froid beaucoup plus longtemps.
James Bond aime son Martini « shaké ». Cette technique est pratique pour refroidir rapidement le mélange, mais il a l’inconvénient de le diluer davantage. Nous préfèrerons une préparation au verre à mélange, avec des glaçons de taille classique (environ 2,5 cm par côté). Remplissez votre verre à mélange au minimum à moitié (plus il y a de glace, plus le cocktail sera froid et moins dilué), versez les ingrédients et mélangez pendant 20 à 30 secondes (n’hésitez pas à goûter à 10, 20 et 30 secondes pour découvrir l’évolution et votre dilution idéale).


Extra Dry Martini

6 cl Gin
0,75 cl Vermouth sec
Garniture : zeste de citron ou olive

Dry Martini

6 cl Gin
1,5 cl Vermouth sec
Garniture : zeste de citron ou olive

Martini

6 cl Gin
2,25 cl Vermouth sec
Garniture : zeste de citron ou olive

Wet Martini

4,5 cl Gin
4,5 cl Vermouth sec
Garniture : zeste de citron ou olive

Dirty Martini

6 cl Gin
1,5 cl Vermouth sec
1 cuillère de bar de Saumure d’olive
Garniture : olive

Vodka Martini

7,5 cl Vodka
1,5 cl Vermouth sec
Garniture : zeste de citron ou olive

Vesper

4,5 cl Gin
2,25 cl Vodka
1,5 cl Lillet blanc
Garniture : zeste de citron

Quaff Martini

6 cl Gin Bobby’s
2,5 cl Vermouth Noilly Prat Dry
Garniture : zeste d’orange et capron


Préparation

Versez le Gin et le Vermouth dans votre verre à mélange rempli de glace. Mélangez pendant 20 à 30 secondes à l’aide d’une cuillère à mélange, puis versez dans une coupe préalablement rafraichie (minimum 10 minutes au congélateur).

Garniture

Comme vu plus haut, vous pourrez ajouter au choix : zeste de citron, olive, zeste d’orange, zeste de citron vert, capron ou oignon grelot.
Concernant le zeste : exprimez-le au-dessus du verre pour en extraire les huiles contenues dans la peau. Le Martini est un cocktail subtil : nous vous conseillons ainsi de ne pas frotter les bords du verre avec le zeste pour ne pas créer de déséquilibre.
N’hésitez pas à cumuler différentes garnitures : un zeste de citron et un zeste d’orange fonctionneront par exemple très bien ensemble.

Accord mets/cocktail

Cocktail d’apéritif par excellence, il ouvrira l’appétit à lui tout seul. Idéal avec différentes bouchées salées, des fruits de mer, ou en plat avec du poisson ou des sushis.

Le Martini, un monument qui s’adapte aux goûts de chacun.

Toujours un bonheur de verser un cocktail dans un verre bien froid.
Le Quaff Martini, garni d’un zeste d’orange et d’un capron pour apporter une pointe de sel.

Pour ne rien rater des dernières actualités cocktails et bières, suivez-nous sur Facebook et Instagram !
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Note de la rédaction
Puissance
Fruité
Acidité
Sucré
Fraicheur
Amertume
Épicé
Originalité
Équilibre
Note des lecteurs14 Notes
4.8